Qu'est-ce que la justice restaurative ?

Lorsqu'un acte délictueux est commis, la réaction habituelle est de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour trouver les responsables et les punir.

La justice restaurative ou justice réparatrice ne cherche pas, avant tout, à expliquer l'acte, à définir les culpabilités et à infliger une peine équitable. Elle met l'accent sur les conséquences et a pour but de réparer les dommages causés et/ou de restaurer les relations entre les personnes qui ont été affectées directement ou indirectement par l'acte délictueux.

La justice réparatrice cherche à mettre en relation tous les acteurs, auteurs, victimes, personnes présentes ou touchées par l'acte, pour que soient dits et entendus les faits et les émotions. Cette rencontre permet à l'auteur de prendre conscience de ses actes et à la victime d'exprimer sa souffrance ; elle offre à toutes les personnes concernées la possibilité de participer activement au redressement de la situation en décidant ensemble des solutions les mieux adaptées.

Les questions abordées sont en général les suivantes :

  • Que s'est-il passé ?
  • À quoi pensiez-vous à ce moment-là, et ensuite ?
  • Qui a été affecté ? Comment ?
  • Comment peut-on réparer les dommages ?
  • Quelles sont les leçons à retenir ?

Le processus de justice réparatrice se décline dans divers contextes et situations : le cadre familial, scolaire (l'Éducation Nationale a publié un guide pour une justice préventive et restaurative consultable sur internet), l'espace public, le domaine de la justice ou encore l'univers carcéral (la loi française permet une mesure de justice restaurative à tous les stades de la procédure, y compris lors de l’exécution de la peine. Sous réserve que les faits aient été reconnus, victime et auteur peuvent se voir proposer une mesure de justice restaurative).